cerhu > sci.* > sci.astrophysique

Jean-Luc (14/01/2004, 10h37)
La lumière "voyage" à la vitesse de la lumière.
Si l'on voyageait à la vitesse de la lumière, deviendrions nous de la lumière,
serions nous de la lumière en terme d'onde cela semble possible, mais en
terme photonique sans doute non ?
Les déplacements sont toujours en référence à...
Or le photon n'existe pas à V=0, la lumière échapperait-elle à la "règle
des déplacements" ?
Oncle Dom (14/01/2004, 11h45)
Jean-Luc , alias <net>
nous a fait l'honneur d'écrire:

> La lumière "voyage" à la vitesse de la lumière.
> Si l'on voyageait à la vitesse de la lumière, deviendrions nous de la
> lumière, serions nous de la lumière en terme d'onde cela semble
> possible, mais en terme photonique sans doute non ?


Si un imbécile voyage à 299792458 m/s, deviendra-til une lumière pour
autant?
Question à poser à R.H. qui aime bien s'imaginer chevauchant un photon
(le baron de Munchaüsen ne chevauchait qu'un boulet de canon) :-)
Jean-Luc (14/01/2004, 15h20)
un imbécile je ne sais pas, mais deux sans aucun doute...
"Oncle Dom" <caudrond2> a écrit dans le message de
news:ejl1
[..]
Jacques Lavau (14/01/2004, 15h45)
Jean-Luc wrote:
> La lumière "voyage" à la vitesse de la lumière.
> Si l'on voyageait à la vitesse de la lumière, deviendrions nous de la lumière,
> serions nous de la lumière en terme d'onde cela semble possible, mais en
> terme photonique sans doute non ?
> Les déplacements sont toujours en référence à...
> Or le photon n'existe pas à V=0, la lumière échapperait-elle à la "règle
> des déplacements" ?


Probablement plus grave encore que la barrière de vitesse, la barrière
d'échelle. Un photon n'est qu'une seule "particule". Nous sommes chacun
quelques dizaines de milliards de milliards de milliards de particules,
les unes élémentaires (électrons), les autres non élémentaires (neutrons
et protons). Ceci pour parler un langage particulaire, dont rien ne
prouve qu'il soit sérieusement compétent ici.

Tout ce que nous sommes capables de concevoir avec nos sens exige que
nous restions macroscopiques. Ne seraient-ce que les protéines
photosensibles dans les cônes de nos rétines... Sans parler des neurones
de regroupement et de discrimination qui font synapses sur les cônes et
bâtonnets, et vont faire relais dans les corps genouillés latéraux...

Qui peut nous expliquer ce que c'est que "vitesse", "repère", "temps",
pour un photon, à l'intérieur de la lumière ? ? ?
Didier Lauwaert (14/01/2004, 16h39)
"Jean-Luc" <net> wrote in message news:fb11
> La lumière "voyage" à la vitesse de la lumière.
> Si l'on voyageait à la vitesse de la lumière, deviendrions nous de la lumière,
> serions nous de la lumière en terme d'onde cela semble possible, mais en
> terme photonique sans doute non ?


La réponse est non.
Les gravitons, ou tout au moins les ondes gravitationnelles
(l'existence des gravitons n'est pas prouvée), se déplacent à c.
Les gluons aussi.

Et ce n'est pas de la lumière.

Voyager à la vitesse de la lumière implique juste une masse propre
nulle.
Et la masse propre n'est pas la seule propriété associée
aux particules (il y a les charges, le spin, etc.)

> Les déplacements sont toujours en référence à...
> Or le photon n'existe pas à V=0, la lumière échapperait-elle à la "règle
> des déplacements" ?


Je ne vois pas pourquoi.
Un rayon lumineux allant de A à B, par exemple, on fait
bien "référence à...", ici on fait référence aux points A et B.

Mais il est vrai que tout objet se déplaçant à c est "spécial".
Ceci étant dû au fait qu'il est impossible de définir correctement
un repère se déplaçant à c.
Il suffit de voir tout ce que cela implique, par exemple,
en physique quantique (par exemple l'opérateur position
n'existe pas pour le photon).
Vincent Samarcq (14/01/2004, 18h46)
"Jean-Luc" <net> wrote in message news:fb11
> La lumière "voyage" à la vitesse de la lumière.
> Si l'on voyageait à la vitesse de la lumière, deviendrions nous de la lumière,


On ne peut pas voyager a la vitesse de la lumiere, alors la question ne se
pose pas.

> Les déplacements sont toujours en référence à...
> Or le photon n'existe pas à V=0, la lumière échapperait-elle à la "règle
> des déplacements" ?


Quelque soit la reference, le photon va a V = C, ce qui est la regle en
relativite
(et meme un postulat).

Vincent
Jean-Luc (15/01/2004, 02h21)
"Vincent Samarcq" <samarcq> a écrit dans le message de
news:od41
> "Jean-Luc" <net> wrote in message news:fb11
> lumière,
> On ne peut pas voyager a la vitesse de la lumiere, alors la question ne se
> pose pas.
> relativite
> (et meme un postulat).
> Vincent
>Mais de fait une particule fusse-t-elle un photon de masse nulle me pose

problème, serait-elle un cas unique?? cette masse nulle pourrait-elle être
négative??
La réponse me semble un peu péremptoire, mais bon pourquoi pas, néammoins
rien n'indique que nous ne voyageons pas à la vitesse de la lumière,
d'ailleurs plus ou moins, je te mets au défi de démontrer le contraire, je
ne parle pas d'appliquer actuellement une force d'accélération sur un corps
d'une masse différente de 0,
mais du ou des Univers rien ne me prouve qu'il n'y ait pas mouvement, rien
ne m'indique la nature du mouvement ni sa céllérité, car de fait je n'ai
sans doute pas tout comme toi de référentiel adéquat, ou bien alors un
extra-univers depuis lequel ne observerions ce phénomène, mais tous cela
reste conceptuel donc why not??
Didier Lauwaert (15/01/2004, 10h00)
"Jean-Luc" <net> wrote in message news:cf71
> Mais de fait une particule fusse-t-elle un photon de masse nulle me pose
> problème, serait-elle un cas unique??


Non.
Tu n'as pas vu mon message ?

> cette masse nulle pourrait-elle être négative??


Cela revient à dire 0=-1.
Si c'est négatif, ce n'est pas nul :-)

snip
Jean-Luc (15/01/2004, 10h30)
"Didier Lauwaert" <DLauwaert> a écrit dans le message de
news:0aed
> "Jean-Luc" <net> wrote in message news:cf71
> Non.
> Tu n'as pas vu mon message ?
> Cela revient à dire 0=-1.
> Si c'est négatif, ce n'est pas nul :-)
> snip

donc pourrait-elle négative et donc non nulle ??
YBM (15/01/2004, 10h32)
Jean-Luc wrote:
[...]
> donc pourrait-elle négative et donc non nulle ??


Il faudrait commencer par donner un sens à une masse négative.

Une réaction répulsive à la gravitation ça te paraît naturel
dans ce cas ? Si oui, alors non.
Didier Lauwaert (15/01/2004, 16h05)
"Jean-Luc" <net> wrote in message news:f8b1
> > Cela revient à dire 0=-1.
> > Si c'est négatif, ce n'est pas nul :-)
> > snip

> donc pourrait-elle négative et donc non nulle ??


Elle EST nulle donc non négative.
- Théoriquement on montre que la masse nulle est nécessaire
pour avoir une vitesse égale à la "vitesse limite".
- Pratiquement, des expériences one été menées pour mesurer
une éventuelle masse du photon. Résultat m=0 eV à une
dizaine de décimales près.
Ledev (15/01/2004, 23h38)
"YBM" <ybmess> a écrit dans le message de news:
40065074$0$5625$79c14f64...

Bonjour,

> Jean-Luc wrote:
> [...]
> > donc pourrait-elle négative et donc non nulle ??

> Il faudrait commencer par donner un sens à une masse négative.
> Une réaction répulsive à la gravitation ça te paraît naturel
> dans ce cas ? Si oui, alors non.


Un posteur de ce groupe(je ne me souviens plus qui) m'avait répondu avec un
exemple qui justement dirai +/- le contraire. Il disait que tous se qu'on
connaissait des choses était l'effet qu'elles ont, et l'exemple pris était
justement la masse: si une masse peut être négative ou positive, mais que
l'effet est le même sur l'attraction, comment se rendre compte de la
différence?

On pourrai comparer à pythagore:
-Soit un triangle ABC rectangle en A
Si on considère une distance négative(genre, en prenant A comme départ, on
part de B et on revient vers A, et on dit que la distance est négative(nan,
ne me tapez pas dessus ;-))), ou on prend la distance positive(par exemple
AB=2 ou AB=-2), et pareil pour AC, alors:
BC²=AB²+AC²
BC²=2²+2²
BC²=4+4
BC²=8
Mais encore:
BC²=AB²+AC²
BC²=2²+(-2)²
BC²=4+4
BC²=8

Comment à partir de 8 savoir si AC et BC sont bien positif?
Certe, faudrai pas que ma prof de math passe par ici(ni celle de français
par ailleurs, mais elle consulte moins la branche sci ;)), mais c'est juste
histoire de faire une comparaison.

a+
YBM (16/01/2004, 01h18)
Ledev wrote:
[...]
> Un posteur de ce groupe(je ne me souviens plus qui) m'avait répondu avec un
> exemple qui justement dirai +/- le contraire. Il disait que tous se qu'on
> connaissait des choses était l'effet qu'elles ont, et l'exemple pris était
> justement la masse: si une masse peut être négative ou positive, mais que
> l'effet est le même sur l'attraction, comment se rendre compte de la
> différence?


Pluralitas non est ponenda sine neccesitate. (William d'Occam)
Stef JM (16/01/2004, 23h10)
"YBM" a écrit
> Pluralitas non est ponenda sine neccesitate. (William d'Occam)


Et en grec classique, on pourrait l'avoir en grec classique?

Allez, pour rester en charte : La vie : hasard ou nécessité???
YBM (17/01/2004, 02h04)
Stef JM wrote:
> "YBM" a écrit
>>Pluralitas non est ponenda sine neccesitate. (William d'Occam)
>> Et en grec classique, on pourrait l'avoir en grec classique?


Tiens le mytho perd encore son sang froid...

La citation est dans sa langue d'origine, banane.

Discussions similaires
VITESSE DE LA LUMIÈRE DÉPENDANTE DE LA VITESSE DE L'OBSERVATEUR

Vitesse de la lumière?

La vitesse de la lumière DEPEND de la vitesse de la source?

Vitesse de la lumière


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 12h36. | Privacy Policy