cerhu > misc.* > misc.securite.routiere

sum (25/05/2011, 21h36)
Salut,

En cherchant tout autre chose, je suis tombé sur ça :

[..]

Le parallèle avec l'efficacité supposée des mesures de répression routière
me semble sauter aux yeux :
- La mortalité routière suit un cours influencé par de nombreux paramètres
très différents, avec des hauts et des bas.
- Lorsque la mortalité s'aggrave (ou que la baisse stagne) on décide des
mesures coercitives supplémentaires (e.g. les radars automatiques). Et
forcément on décide ça dans l'urgence parce-qu'il faut montrer qu'on agit.
- On constate une amélioration très rapide qu'on attribue à l'effet
d'annonce, amélioration qui ne se poursuit pas avec autant de vigeur lorsque
les mesures sont enfin en place.

On est typiquement en présence d'un phénomène de régression vers la moyenne.

Que ceux qui peuvent (Non Alain, je ne t'exclus pas d'emblée) cherchent à
comprendre le lien cité + haut. Quand on y réfléchit un peu, ça devient
évident.

- Les mesures ne sont pas prises de manière aléatoire sans s'intéresser à
l'évolution récente de la mortalité routière : les mesures coercitives sont
presque toujours prises après une aggravation de la mortalité, et dans les
rares cas où des mesures plus permissives sont prises, c'est après une
longue période d'amélioration.
- Dans ces conditions, la loi statistique de régression vers la moyenne nous
dit que la plupart du temps, après une forte aggravation de la mortalité, on
va observer une baisse de l'aggravation, voire une amélioration, et qu'après
une forte amélioration, on va onserver une baisse de l'amélioration ou une
aggravation. Et ce, d'autant plus qu'on prend comme point de référence un
instant proche de la forte aggravation (ou amélioration).
- Si la forte aggravation (ou amélioration) est la raison qui déclenche la
décision de voter une loi à grand renfort de tapage médiatique, la
régression vers la moyenne nous dit que statistiquement, on va observer une
forte amélioration (ou aggravation), qu'on attribuera à l'effet d'annonce de
la loi, puis plus on va s'éloigner dans le temps de la cause ayant déclenché
la décision de voter la loi, moins l'amélioration (ou aggravation) sera
sensible. Typiquement, lorsque la loi va entrer en vigueur, on observera
bien moisn d'effet que lorsqu'elle a été annoncée.

De là à conclure que si on observe un "effet d'annonce", et que l'effet
s'estompe lorsque les mesures entrent en vigueur, on a voté une loi sans le
moindre effet, et que ce qu'on a observé n'est qu'un simpel effet
statistique connu de tous ...

Qu'en pensez-vous ?
Bernard Guérin (25/05/2011, 21h56)
Bonjour,

"sum" a écrit dans le message de groupe de discussion :
4ddd5abd$0$6023$426a34cc...

>On est typiquement en présence d'un phénomène de régression vers la
>moyenne.


Oui.

>Qu'en pensez-vous ?


Que c'est assez proche des objections soulevées par JPB, absurdité de se
baser sur des valeurs mensuelles qui peuvent être trop influencées par un
accident plus grave sur un autocar, ou un coup de chance un mois de temps en
temps.

Et j'ajoute qu'il faudrait pour chaque mesure la prendre temporairement avec
une comparaison. Exemple : on veut installer des RA, on en met dans un
département et pas dans un autre département avec une circulation et des
routes comparables. Si l'amélioration de la SR sur quelques mois est
nettement supérieur dans l'un des 2 départements, on décide que c'est celui
là qui sert de base aux décisions pour l'ensemble des départements. Si la
mesure n'a fait apparaitre aucune amélioration importante, on décide que
cette mesure est inutile et ne doit non seulement pas être généralisée, mais
doit même être enlevée du département de test.
sum (25/05/2011, 22h00)
"Bernard Guérin" <bguerin> wrote in message
news:74cc
[..]
> Et j'ajoute qu'il faudrait pour chaque mesure la prendre temporairement
> avec une comparaison. Exemple : on veut installer des RA, on en met dans
> un département et pas dans un autre département avec une circulation et
> des routes comparables. Si l'amélioration de la SR sur quelques mois est
> nettement supérieur dans l'un des 2 départements, on décide que c'est
> celui là qui sert de base aux décisions pour l'ensemble des départements.
> Si la mesure n'a fait apparaitre aucune amélioration importante, on décide
> que cette mesure est inutile et ne doit non seulement pas être
> généralisée, mais doit même être enlevée du département de test.


En fait, mon propos était de dire que si on observe un "effet d'annonce" et
que l'effet s'estompe lorsque la loi entre en vigueur, alors on a une
signature typique d'une régression vers la moyenne, ce qui signifie qu'on a
une forte probabilité que la mesure soit en fait inefficace.

Le fait de prendre des mesures sur une période restreinte ou sur une zône
restreinte, effectivement donnerait des infos, mais en pratique, dans le
passé, lorsqu'on a fait ça, on n'a pas tenu compte du résultat.
Tardigradus (25/05/2011, 22h17)
sum <anonymous> wrote:

> mais en pratique, dans le
> passé, lorsqu'on a fait ça, on n'a pas tenu compte du résultat.


Bien sûr, puisque la politique de SR n'est pas une polituqe de sécurité
routière, masi un terrain où l'on peut montrer qu'on a de gros muscles,
d'une part, et d'autre part commencer à mettre en oeuver et à l'essai
des mesures qui permettent un contrôle sociale de plus en plus étroit.
L'idée de contrpoler les individus un par un a toujorus fait bander les
gouvernants au plus haut point. ALors maintenant que ça devient
techniquement possible... Et quele meilleur terrain que la route pour
tester à la fois les techniques et les résistances ?

Ajoute à ça des tentatives du genre hadopi, les caméras de surveillance
dans tous les coins, les bracelets électroniques pour les détenus, les
moyens de paiement électroniques, le traçage des téléphones mobiles, et
tu peux imaginer la bave qui coule de leur bouche.
Discussions similaires
L'effet placébo

Effet placebo

L'effet placebo

NASA: un retour vers la Lune? (Effet d'annonce ?)


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 22h50. | Privacy Policy