cerhu > reseaux.* > reseaux.telecoms.techniques

geo cherchetout (20/02/2013, 17h27)
Bonjour,

J'habite une ville moyenne siège de plusieurs centraux téléphoniques. Je
voudrais savoir si, quand deux abonnés raccordés au même central
communiquent, la voie empruntée par leurs paroles passe par d'autres
centraux ou si elle ne passe que par ce central commun. Peut-être y a-t-il
plusieurs réponses ? Merci.
Didier (20/02/2013, 18h52)
Le 20/02/2013 16:27, geo cherchetout a écrit :
> Bonjour,
> J'habite une ville moyenne siège de plusieurs centraux téléphoniques. Je
> voudrais savoir si, quand deux abonnés raccordés au même central
> communiquent, la voie empruntée par leurs paroles passe par d'autres
> centraux ou si elle ne passe que par ce central commun. Peut-être y
> a-t-il plusieurs réponses ? Merci.

Bonjour Geo.
Le réseau téléphonique commuté français est constitué de commutateurs
répartis en un hiérarchie à 4 niveaux (principalement).
Les deux plus hauts niveaux sont constitués de commutateurs de transit,
commutant des circuits (parole et signalisation). Le plus haut niveau
(commutateurs de classe 1) comporte 9 commutateurs, maillés deux à deux.
Ils ne "voient" que les commutateurs de classe 2 et et les commutateurs
internationaux.
Les commutateurs de classe 2 ont pour "clients" des commutateurs de
classe 3 qui commutent des lignes d'abonnés vers des circuits, ou vers
d'autres lignes d'abonnés qui leur sont directement raccordées; dans
cette deuxième fonction, ils sont dénommés "à autonomie d'acheminement"
: ils ne font pas appel à un autre classe 3 pour acheminer l'appel.
Enfin, des unités de ces classe 3 peuvent être déportées pour couvrir le
territoire selon les règles d'ingénierie, notamment la distance max
possible; ce sont des classes 4; ils ne disposent pas de l'autonomie
d'acheminement, et acheminent donc tous leurs appels vers leur classe 3
de rattachement.

Les règles d'acheminement entre classes 3 et classe 2 d'une part, entre
clesses 2 et classes 1 d'autre part sont basées sur le principe suivant
: si le commutateur de destination est "voisin" et qu'il existe des
liens directs pour le joindre, on ne respecte pas la hiérarchie. S'il
n'est pas joignable, on achemine l'appel ou le circuit vers le
commutateur hiérarchique.
C'est aussi vrai pour l'international.
Deux classes 2 peuvent travailler ensemble sans passer par un classe 1;
idem pour un classe 2 et un commutateur international.
L'acheminement hiérarchique est donc pris par exception.
Et un classe 4 doit obligatoirement faire appel à son classe 3 de
rattachement.

Je ne suis pas sûr d'être très clair, n'hésite pas à poser des questions.

Didier.
geo cherchetout (20/02/2013, 22h33)
Le 20/02/2013 17:52, *Didier* a écrit fort à propos :

> Je ne suis pas sûr d'être très clair, n'hésite pas à poser des questions.


C'est assez clair en tout cas pour qui en avait déjà été instruit mais avait
besoin d'une petite piqure de rappel. :-) Merci et au plaisir.
arsene59 (20/02/2013, 22h53)
Le 20/02/2013 16:27, geo cherchetout a écrit :
Bonjour
La communication ne sortira pas du central commun (classe3) mais si tu
es raccordé sur un satellite (classe4) elle peut prendre 2 circuits, un
en montant (classe4 > classe3)et un autre en descendant (classe3 > classe4)
[..]
Stéphane Le Men (27/02/2013, 13h15)
Le 20/02/2013 17:52, Didier a écrit :
> Je ne suis pas sûr d'être très clair, n'hésite pas à poser des questions.


Quel % du réseau de FT est encore sans softswitch ?

Dans la terminologie FT, je ne sais pas comment cela s'appelle, mais je
parle de ca:

[..]
Didier (27/02/2013, 20h38)
Le 27/02/2013 12:15, Stéphane Le Men a écrit :
> Le 20/02/2013 17:52, Didier a écrit :
>> Je ne suis pas sûr d'être très clair, n'hésite pas à poser des questions.

> Quel % du réseau de FT est encore sans softswitch ?
> Dans la terminologie FT, je ne sais pas comment cela s'appelle, mais je
> parle de ca:
> [..]

Bonsoir.
Franchement je n'en sais rien, d'autant qu'il faudrait se mettre
d'accord sur un % de quoi (pour un "hardswitch" on pourrait compter les
lignes physiquement raccordées, pour un "softswitch" je ne sais pas trop).
Le coeur de réseau de FT, comme celui des beaucoup d'opérateurs
historique, est en pleine migration vers une architecture IMS basée sur
du 10G Ethernet, voire du 40G Ethernet (au-delà, c'est du test, même si
parfois c'est en vraie grandeur).
Je pense qu'on peut dire qu'aucun point d'accès au backbone FT n'est
sans softswitch, et c'est sans doute vrai sur le réseau mondial d'Orange.
Le réseau de hardswitches est en contraction continue depuis quelques
années, et cela va sans doute s'accélérer fortement dans les années qui
viennent (par exemple si l'expé de Palaiseau est un succès). Il restera
des usagers résiduels, comme toujours.
Pour finir, bien noter qu'un "hardswitch" de type Alcatel E10 B3 est un
gros mainframe avec un OS de plusieurs millions de lignes de code. C'est
autant hard que soft.
Didier.
Stéphane Le Men (28/02/2013, 00h14)
Le 27/02/2013 19:38, Didier a écrit :
> Franchement je n'en sais rien, d'autant qu'il faudrait se mettre
> d'accord sur un % de quoi (pour un "hardswitch" on pourrait compter les
> lignes physiquement raccordées, pour un "softswitch" je ne sais pas trop).


Le rapport volume de voix transportée sur TDM sur volume de voix
transportée sur IP.

A pondérer ou pas, au kilomètre ou à l'interconnexion, vu que sur un
circuit on peut avoir du tdm-ip-tdm-ip ...

> Le coeur de réseau de FT, comme celui des beaucoup d'opérateurs
> historique, est en pleine migration vers une architecture IMS basée sur
> du 10G Ethernet, voire du 40G Ethernet (au-delà, c'est du test, même si
> parfois c'est en vraie grandeur).


Je sais. C'est pour savoir, par curiosité, à quelle étape vous en êtes.
Si c'est pas une info "top secret".

> Je pense qu'on peut dire qu'aucun point d'accès au backbone FT n'est
> sans softswitch, et c'est sans doute vrai sur le réseau mondial d'Orange.
> Le réseau de hardswitches est en contraction continue depuis quelques
> années, et cela va sans doute s'accélérer fortement dans les années qui
> viennent (par exemple si l'expé de Palaiseau est un succès). Il restera
> des usagers résiduels, comme toujours.
> Pour finir, bien noter qu'un "hardswitch" de type Alcatel E10 B3 est un
> gros mainframe avec un OS de plusieurs millions de lignes de code. C'est
> autant hard que soft.


Oui, mais le E10 ne fait pas de voix sur IP. Les anglais appellent cela
"softswitch", mais cela devrait s'appeler ip-switch. Et vos E10 sont
cernés par des systemes qui causent "voix sur IP", ils vont finir par se
sentir seuls au milieu.

Dans un softswitch (donc voix sur ip), un appel entre voisins n'est pas
l'usine à gaz que vous avez expliqué. Même si le voisin a un numéro
porté chez un de vos concurrents. Je dirais même "surtout" si le voisin
a un numéro porté.

Et softswitch ne veut pas dire forcement IMS. Quand on part en vacances
ou ailleurs et qu'on amène avec soi sa ligne fixe de téléphone, on peut
implémenter ce service de différentes façons dans un réseau de voix sur
IP et l'IMS a choisit une façon de faire qui n'est pas forcement celle
que le lambda aurait pu espérer.
Didier (28/02/2013, 21h23)
Le 27/02/2013 23:14, Stéphane Le Men a écrit :
> Le 27/02/2013 19:38, Didier a écrit :
> Le rapport volume de voix transportée sur TDM sur volume de voix
> transportée sur IP. Oui, mais il n'y a pas que la voix, et de moins en moins.
> A pondérer ou pas, au kilomètre ou à l'interconnexion, vu que sur un
> circuit on peut avoir du tdm-ip-tdm-ip ...
> Je sais. C'est pour savoir, par curiosité, à quelle étape vous en êtes.
> Si c'est pas une info "top secret".

Je ne pense pas que ce soit top secret, mais je l'ignore (not in the
right place).
> "softswitch", mais cela devrait s'appeler ip-switch. Et vos E10 sont
> cernés par des systemes qui causent "voix sur IP", ils vont finir par se
> sentir seuls au milieu. Oui, mais plus pour longtemps.
> Dans un softswitch (donc voix sur ip), un appel entre voisins n'est pas
> l'usine à gaz que vous avez expliqué. Même si le voisin a un numéro
> porté chez un de vos concurrents. Je dirais même "surtout" si le voisin
> a un numéro porté.

Usine à gaz, faut voir; à votre avis, quel est le parcours d'une session
VoIP entre voisins ?
Pour "porté chez un concurrent", désolé, je ne décode pas le message,
surtout avec le "surtout".
> Et softswitch ne veut pas dire forcement IMS.

Certes non, et je ne l'ai pas dit
Quand on part en vacances
> ou ailleurs et qu'on amène avec soi sa ligne fixe de téléphone, on peut
> implémenter ce service de différentes façons dans un réseau de voix sur
> IP et l'IMS a choisit une façon de faire qui n'est pas forcement celle
> que le lambda aurait pu espérer.

IMS est en coeur de réseau, il ne concerne pas l'interfaçage de lignes
terminales.
Je ne sais pas si c'est l'implémentation de rève ou pas, mais des
opérateurs majeurs y passent, ça ne doit pas être totalement idiot.
Didier.
Discussions similaires
Partage Internet entre voisins ...

la tolérance entre voisins

Litige entre voisins pour bruit excessif

Communication entre PC et PPC ?


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 07h43. | Privacy Policy