cerhu > misc.* > misc.finance

Colonel Kilgore (04/07/2015, 19h39)
L'escalade des deux côtés est telle, que je ne vois pas de compromis
honorable pour les belligérants :

A vue de pif, pour qu'un plan soit viable (c'est à dire aussi
crédible), il faudrait un nouveau haircut, de l'ordre de 100 milliards
de dette d'état, plus le maintient sous une forme ou une autre du
soutien "technique" de la BCE aux banques grecques, soit plus de 100
milliards (ce qui est déjà engagé).

L'addition est quelque part entre 250 - 300 milliards.
Et en plus, reprêter naturellement quelques dizaines de milliard pour
relancer la machine, et sans aucune garantie de les revoir.

Je ne vois pas commenbt la BCE, Bruxelles, Maerkel peuvent avaler ça :
Ce serait un suicide politique.

Dans le camp d'en face, Tsipras a lui même annulé toute marge de
manoeuvre, avec son référendum auquel il appelle à voter non :

Si le non l'emporte, il n'y a plus de négo possible, l'affaire est
pliée : les grecs se démerdent tous seuls.

Si le oui l'emporte, Tsipras n'est plus un négociateur crédible, et hop
on repart pour des semaines d'instabilité le temps d'assoir un vrai
gouvernement. Ce que la BCE ne peut pas affronter en continuant à
financer le système.

En fait, dans les deux cas, il y a un point technique incontournable,
inévitable : le maintient du contrôle des capitaux.

Et dans les quelques jours qui viennent, si les grecs ne peuvent plus
rien acheter/vendre/payer faute d'argent, il va y avoir tout simplement
des émeutes et pillages. Pire, les approvisionnements sont compromis,
puisqu'aucun paiement à létranger n'est plus garanti. Qui irait vendre
à la Grèce ?

Il n'y a pas d'autre solution qu'une bonne grosse chyprisation (piquer
x% des dépots), pour financer les importations, et par précaution une
bonne grosse émission de "IOU" de la part du gouvernement.

On aura ainsi une monnaie de compte parallèle, une drachme
électronique. Naturellement conversion des dépôts d'euros en IOU au
passage.

Et voilà, la Grèce sera retournée au tiers monde.
Mol (04/07/2015, 20h26)
Le 04/07/2015 19:39, Colonel Kilgore a écrit :
[..]
> Il n'y a pas d'autre solution qu'une bonne grosse chyprisation (piquer
> x% des dépots), pour financer les importations, et par précaution une
> bonne grosse émission de "IOU" de la part du gouvernement.
> On aura ainsi une monnaie de compte parallèle, une drachme électronique.
> Naturellement conversion des dépôts d'euros en IOU au passage.
> Et voilà, la Grèce sera retournée au tiers monde.
>C'est également mon idée. Je crois que Tsipras a franchi la ligne jaune,

celle où ses interlocuteurs pouvaient espérer que le problème
n'éclaterait pas pendant leur mandature. Maintenant, au contraire ils
vont vouloir sauver le maximum de ce qui sinon serait allé à la Grèce et
ils ne voudront plus négocier avec quelqu'un qui ne cherche qu'à en
faire des boucs émissaires. Il va y avoir quelques jours de flottement
(si c'est bien le oui qui gagne) le temps de voir si Tsipras convoque de
nouvelles élections ou équivalent sous la pression des clients des
banques qui ne rouvriront que pour expliquer le plafond de l'ELA étant
figé, il n'y a pas d'argent. Tsipras va menacer de donner libre passage
aux immigrants ou un truc de ce genre, mais l'UE va le renverser l'air
de ne pas y toucher.

Bon, ce serait plus simple avec le succès du non...
Colonel Kilgore (05/07/2015, 13h40)
Mol a émis l'idée suivante :

> Bon, ce serait plus simple avec le succès du non...


Ca sera même très simple :

[..]
Mol (05/07/2015, 18h21)
Le 05/07/2015 13:40, Colonel Kilgore a écrit :
> Mol a émis l'idée suivante :
>> Bon, ce serait plus simple avec le succès du non...

> Ca sera même très simple :
> [..]


En tout cas, ça a l'air assez serré. A se demander d'ailleurs si
Schauble n'a pas dédramatisé le non pour se débarrasser des Grecs une
bonne fois pour toutes...
Vroum (05/07/2015, 18h39)
"Mol"
> En tout cas, ça a l'air assez serré. A se demander d'ailleurs si Schauble
> n'a pas dédramatisé le non pour se débarrasser des Grecs une bonne fois
> pour toutes...


Que ce soit "oui" ou que ce soit "non" nous ne serons pas débarrassé du pb
Grec dans les 3 ans qui viennent.
Simplement si ce n'est pas les européens ce sera les chinois ou les russes
ou même les US qui tenteront de prendre une option sur ce bout de l'Europe.
Si les chinois sont déjà largement à la manoeuvre, c'est aussi pour Poutine
l'occasion de mettre une botte ... dans la Méditerranée.
Géo-politiquement, la Grèce va longtemps rester un clou dans la chaussure
européenne.

Vroum
Sarah-Esther Kreutzer (05/07/2015, 20h37)
Vroum a utilisé son clavier pour écrire :
> "Mol"
> Que ce soit "oui" ou que ce soit "non" nous ne serons pas débarrassé du pb
> Grec dans les 3 ans qui viennent.
> Simplement si ce n'est pas les européens ce sera les chinois ou les russes ou
> même les US qui tenteront de prendre une option sur ce bout de l'Europe.
> Si les chinois sont déjà largement à la manoeuvre, c'est aussi pour Poutine
> l'occasion de mettre une botte ... dans la Méditerranée.
> Géo-politiquement, la Grèce va longtemps rester un clou dans la chaussure
> européenne.
> Vroum

Le problème est essentiellement géopolitique; et c'est bien pourquoi
la Grèce restera sur le devant de la scène pendant pas mal de temps.
L'Europe ne se résoudra pas à la lâcher et le vote du non qui semble
s'annoncer va encore plus compliquer les choses bien sûr. Quant à
l'attitude de Schäuble, c'est plutôt parce qu'il sait que les
négociations vont reprendre et qu'il pense à l'avenir qu'il modère ses
propos.
Mol (05/07/2015, 21h24)
Le 05/07/2015 18:39, Vroum a écrit :
> "Mol"
> Que ce soit "oui" ou que ce soit "non" nous ne serons pas débarrassé du
> pb Grec dans les 3 ans qui viennent.
> Simplement si ce n'est pas les européens ce sera les chinois ou les
> russes ou même les US qui tenteront de prendre une option sur ce bout de
> l'Europe.


Personne ne va plus payer pour des paniers percés. L'UE l'a fait jusqu'à
présent parce que ça lui permettait de remettre à plus tard la
reconnaissance de la perte. Aujourd'hui, Merkel a compris que c'était se
couper la main ou perdre le bras. Les seules négociations qu'il y aura
seront pour préserver les apparences, chacun tentant de rejeter la faute
sur l'autre, mais l'UE va cesser de vouloir sauver la Grèce, elle a
besoin de faire un exemple pour ceux qui seraient tentés de faire la
même chose.

> Si les chinois sont déjà largement à la manoeuvre, c'est aussi pour
> Poutine l'occasion de mettre une botte ... dans la Méditerranée.


Chinois et Russes ne seront pas prêts à payer à fonds perdus. Ils
passeront de beaux accords, mais ils ne donneront pas d'argent.

> Géo-politiquement, la Grèce va longtemps rester un clou dans la
> chaussure européenne.


Bof. Au contraire, montrer qu'on se coupe d'avec les boulets ne peut que
servir l'Europe.
Bidulette (05/07/2015, 21h27)
Le 05/07/2015 21:24, Mol a écrit :

> Bof. Au contraire, montrer qu'on se coupe d'avec les boulets ne peut que
> servir l'Europe.


C'est que fait la Grèce. Elle se coupe des boulets comme toi.
Dever (05/07/2015, 21h30)
"Mol" <molagnon> a écrit:

> [...] faire un exemple pour ceux qui seraient tentés de faire la même
> chose.


Ca faisait longtemps que vous n'aviez plus parlé de la famille Seuki.
Mol (05/07/2015, 21h30)
Le 05/07/2015 21:27, Bidulette a écrit :
> Le 05/07/2015 21:24, Mol a écrit :
>> Bof. Au contraire, montrer qu'on se coupe d'avec les boulets ne peut que
>> servir l'Europe.

> C'est que fait la Grèce. Elle se coupe des boulets comme toi.


Toute la subtilité de l'argumentation logique...
On verra bien, mais je pense que mes amis grecs continueront à m'apprécier.
Volkin (05/07/2015, 21h33)
Mol wrote:
> Le 05/07/2015 18:39, Vroum a écrit :
> Personne ne va plus payer pour des paniers percés. L'UE l'a fait jusqu'à
> présent parce que ça lui permettait de remettre à plus tard la
> reconnaissance de la perte. Aujourd'hui, Merkel a compris que c'étaitse
> couper la main ou perdre le bras. Les seules négociations qu'il y aura
> seront pour préserver les apparences, chacun tentant de rejeter la faute
> sur l'autre, mais l'UE va cesser de vouloir sauver la Grèce, elle a
> besoin de faire un exemple pour ceux qui seraient tentés de faire la
> même chose.
> passeront de beaux accords, mais ils ne donneront pas d'argent.


Mdr. L'argent ne se mange pas. Accord d'échange gaz contre produits
frais et tourisme c'est exactement ce qu'il faut à la Grèce.
[..]
Bidulette (05/07/2015, 21h35)
Le 05/07/2015 21:30, Mol a écrit :
> Le 05/07/2015 21:27, Bidulette a écrit :
>> Le 05/07/2015 21:24, Mol a écrit :
>>> Bof. Au contraire, montrer qu'on se coupe d'avec les boulets ne peut que
>>> servir l'Europe.

>> C'est que fait la Grèce. Elle se coupe des boulets comme toi.

> Toute la subtilité de l'argumentation logique...


J'ai vu la logique de votre pronostic. Pour un spéculateur, c'est plutôt
médiocre. Surement plus facile de spéculer en bourse que spéculer sur le
choix du peuple...

> On verra bien, mais je pense que mes amis grecs continueront à m'apprécier.


Ils t'apprécieront d'autant plus qu'ils ne t'engraisseront plus.
Colonel Kilgore (05/07/2015, 21h38)
Bidulette a présenté l'énoncé suivant :

> Surement plus facile de spéculer en bourse que spéculer sur le
> choix du peuple...


Si ça pouvait être vrai...
Mol (05/07/2015, 22h06)
Le 05/07/2015 21:35, Bidulette a écrit :
>> On verra bien, mais je pense que mes amis grecs continueront à
>> m'apprécier.

> Ils t'apprécieront d'autant plus qu'ils ne t'engraisseront plus.


Je les ai invités au restaurant plus souvent que l'opposé, je leur ai
trouvé des financements plus souvent qu'ils ne m'en ont trouvé, et je
cautionne pour eux bien plus qu'ils ne me feront jamais gagner. Mais
évidemment, je ne connais pas mes amis ni moi-même aussi bien que toi...
Mol (05/07/2015, 22h13)
Le 05/07/2015 21:30, Dever a écrit :
> "Mol" <molagnon> a écrit:
>> [...] faire un exemple pour ceux qui seraient tentés de faire la même
>> chose.

> Ca faisait longtemps que vous n'aviez plus parlé de la famille Seuki.

Ca faisait longtemps que vous n'aviez pas été aussi à court d'arguments :-)

Discussions similaires
Scénario pour un PEA

Scénario pour le cac

Un scénario pour TF1


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 12h50. | Privacy Policy