cerhu > sci.* > sci.astrophysique

cmoi (10/01/2019, 18h56)
[..]

Bonjour,

J'imagine qu'il s'agit d'un phénomène naturel.

Mais ça me conduit à m'interroger sur le sujet,
à supposer que l'on ait repéré une planète pouvant héberger une
civilisation avancée comme la notre.

Avec nos moyens d'observations actuels à quelle distance une planète au
même stade d'évolution technique que la notre
peut elle être perçue ?

Je pose la question pour ce qui concerne les signaux radios à objectifs
"intra planetaire"

et non de signaux qui auraient comme finalité d'être perçus au delà du
système solaire

Merci de vos lumières
François Guillet (11/01/2019, 14h08)
Il se trouve que cmoi a formulé :
> [..]
> Bonjour,
> J'imagine qu'il s'agit d'un phénomène naturel.
> Mais ça me conduit à m'interroger sur le sujet,
> à supposer que l'on ait repéré une planète pouvant héberger une civilisation
> avancée comme la notre.
> Avec nos moyens d'observations actuels à quelle distance une planète au même
> stade d'évolution technique que la notre
> peut elle être perçue ?


En fait il n'y a pas de limite, tout dépend de la bande passante
utilisée. On peut la réduire arbitrairement à une valeur aussi faible
que l'on veut, ce qui améliore le rapport signal/bruit autant qu'on
veut. Le "petit problème", c'est qu'il faut augmenter d'autant la durée
du message à cause de la réduction de la vitesse de modulation, et s'il
faut un an pour détecter un signe, il faudra des siècles pour
transmettre le simple texte de ce post (en plus de temps de trajet).

Si l'on parle d'émissions ordinaires qu'on fait aujourd'hui, par
exemple pour piloter les sondes aux confins du système solaire comme
Voyager 1 qui était à 21h-lumière, on peut peut-être atteindre l'étoile
la plus proche à 4,5 années-lumière. Par rapport à Voyager 1,
l'atténuation supplémentaire serait de 66dB. C'est à vue de nez, je
n'ai pas fait le calcul, qui est simple, mais ce sont les données
pratiques qui manquent (notamment gain des plus grandes paraboles et
puissances utiles).
cmoi (12/01/2019, 13h19)
Le 11/01/2019 à 13:08, François Guillet a écrit :
[..]
> supplémentaire serait de 66dB. C'est à vue de nez, je n'ai pas fait le
> calcul, qui est simple, mais ce sont les données pratiques qui manquent
> (notamment gain des plus grandes paraboles et puissances utiles).


merci pour cette réponse.
La bande passante "ordinaire" utilisée serait à choisir entre les 2
extrêmes couramment utilisés sur terre.

En fait la question c'est de savoir quelle probabilité on a de détecter
les émissions *ordinaires* d'une planète comme la notre.
Qui serait mettons à 5 ou 6 années lumières.

Par ailleurs je m'interroge sur la directivité en matière d'écoute
d'ondes radios , est on dans le même cas de figure que pour les
observations lumineuses, où peut on écouter sur un azimut plus large ?
robby (12/01/2019, 14h20)
On 11/01/2019 13:08, François Guillet wrote:
> En fait il n'y a pas de limite, tout dépend de la bande passante
> utilisée. On peut la réduire arbitrairement à une valeur aussi faible
> que l'on veut, ce qui améliore le rapport signal/bruit autant qu'on
> veut. Le "petit problème", c'est qu'il faut augmenter d'autant la durée
> du message à cause de la réduction de la vitesse de modulation, et s'il
> faut un an pour détecter un signe


je pense qu'il parlait des emissions usuelles (genre radio télé ) bon
produits à dessein, a forciori en emissions non-directionnelles.
(A noter que les émissions par satellite vers la Terre sont
directionnelles, et donc ne doivent pas trop s'échapper vers l'espace:
c'est vraiment les émissions aux sol qu'il faut considérer, je pense).

du coup ici il y a l'eccueil de la sensibilité des appareils de mesure,
mais en fait assez rapidement, de la discretisation du champs EM en
photons: aux tres basses intensités l'hypothese du continu n'est plus
valide, il n'y a plus que quelques photons par seconde et par m^2 ( et
il en faut bien plus d'un pour obtenir un "bit" d'information fiable ).

Si les éléments modulés du signal d'origine (signant leur caractère
"intelligent") ont une durée inférieure au minimum de temps qu'il faut
pour percevoir un bit de signal à une distance donnée, alors il n'est
pas possible de percevoir ledit signal.

Par contre je manque de chiffres pour passer a l'application numérique.
( intensité du signal usuel au sol le plus fort, durée minimale T de
signal faible d'intensité I pour extraire un bit ).
Discussions similaires
Détection d'un très fort signal radio par le radiotélescope Parkes

clavier/souris sans fil: émission signal radio même quand le PC est éteint ???

[radio] recuperation signal PPM MC22

Problème signal d'antenne radio


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 18h51. | Privacy Policy