cerhu > sci.* > sci.physique

Richard Hachel (01/04/2019, 21h32)
D'après ce qu'il parait qu'il paraîtrait, il paraîtrait que le
phénomène visuel se fait ainsi:
1. Il y a un émetteur qui émet des sortes de machins qu'on appelle des
photons.
2. Ces machins-là, ils sont à la fois onde et particule, selon comment
tu les regardes.
3. Et ils viennent du passé, traversant l'espace en s'y agrippant avec de
petits doigts volontaires,
le tout à la vitesse de 300.000 km/s.
4. Puis ils atteignent un récepteur (et là, c'est notre rétine).

C'est, dit-on, comme ça que ça marche.

Disons que c'est une explication.

Mais est-ce la bonne explication?

Qu'est ce qui me dit que la connaissance évoluant, dans cent ans, dans
deux cents ans, dans trois cents ans,
on ne dira pas: "C'était quand même des sacrés cranks (ou trolls) les
scientifiques de l'époque de Nabilla,
Bernard-Henry, et Maille-Keuldjack"?

Qu'en pensez-vous?

R.H.
Paul Aubrin (01/04/2019, 21h42)
Le Mon, 01 Apr 2019 19:32:31 +0000, Richard Hachel a écrit :

> D'après ce qu'il parait qu'il paraîtrait, il paraîtrait que le phénomène
> visuel se fait ainsi:
> 1. Il y a un émetteur qui émet des sortes de machins qu'on appelle des
> photons.


Non. Un photon est le nom donné à l'interaction elle-même.
Cl.Massé (01/04/2019, 21h51)
"Richard Hachel" a écrit dans le message de groupe de discussion :
n35bn51dZgYOz4dJnQzL6ccHLrs@jntp...

> Qu'est ce qui me dit que la connaissance évoluant, dans cent ans, dans
> deux cents ans, dans trois cents ans,

on ne dira pas: "C'était quand même des sacrés cranks (ou trolls) les
scientifiques de l'époque de Nabilla,
Bernard-Henry, et Maille-Keuldjack"?

Et de l'époque de Richard Hachel en plus.

-- ~~~~ clmasse on free F-country
Liberty, Equality, Profitability.
Richard Hachel (01/04/2019, 22h10)
Le 01/04/2019 à 21:42, Paul Aubrin a écrit :
> Le Mon, 01 Apr 2019 19:32:31 +0000, Richard Hachel a écrit :
>> D'après ce qu'il parait qu'il paraîtrait, il paraîtrait que le phénomène
>> visuel se fait ainsi:
>> 1. Il y a un émetteur qui émet des sortes de machins qu'on appelle des
>> photons.

> Non. Un photon est le nom donné à l'interaction elle-même.


Une onde ou une particule n'est pas une interaction.

Un tir au but n'est pas un ballon.

Il faudra bien qu'un jour les physiciens éclaircissent leur langage, mais
j'en doute.

R.H.
Paul Aubrin (01/04/2019, 22h24)
Le Mon, 01 Apr 2019 20:10:10 +0000, Richard Hachel a écrit :

> Le 01/04/2019 à 21:42, Paul Aubrin a écrit :
> Une onde ou une particule n'est pas une interaction.
> Un tir au but n'est pas un ballon.
> Il faudra bien qu'un jour les physiciens éclaircissent leur langage,
> mais j'en doute.
> R.H.


Un photon est une interaction. Ce n'est pas une balle ni un tir au but.
Richard Hachel (01/04/2019, 22h30)
Le 01/04/2019 à 22:24, Paul Aubrin a écrit :
> Le Mon, 01 Apr 2019 20:10:10 +0000, Richard Hachel a écrit :
>> Un photon est une interaction. Ce n'est pas une balle ni un tir au but.


Une interaction est une action ou une influence réciproque entre deux ou
plusieurs choses ou phénomènes, souvent des éléments d'un système.

Mais j'aurais dit "une entité" qu'on en saurait tout autant de la nature
de l'entité.

R.H.
Jo Kerr (02/04/2019, 00h14)
Paul Aubrin a formulé ce lundi :
> Le Mon, 01 Apr 2019 19:32:31 +0000, Richard Hachel a écrit :
>> D'après ce qu'il parait qu'il paraîtrait, il paraîtrait que le phénomène
>> visuel se fait ainsi:
>> 1. Il y a un émetteur qui émet des sortes de machins qu'on appelle des
>> photons.

> Non. Un photon est le nom donné à l'interaction elle-même.


Voici ce que l'on trouve sur le site du CNRS:
Particule élémentaire, de masse et de charge nulle, le photon est
l?aspect corpusculaire de la lumière.
Paul Aubrin (02/04/2019, 09h38)
Le Tue, 02 Apr 2019 00:14:11 +0200, Jo Kerr a écrit :

> Paul Aubrin a formulé ce lundi :
> Voici ce que l'on trouve sur le site du CNRS:
> Particule élémentaire, de masse et de charge nulle, le photon est
> l?aspect corpusculaire de la lumière.


Comment, sans les faire interagir avec la matière, peut-on matérialiser
la position des photons?
Richard Hachel (02/04/2019, 11h59)
Le 02/04/2019 à 09:38, Paul Aubrin a écrit :

> Comment, sans les faire interagir avec la matière, peut-on matérialiser
> la position des photons?


J'ai du mal à comprendre ta question.

D'un autre côté, je suis convaincu que le photon n'existe pas, ni en
tant qu'onde, ni en tant que particule, entre sa source et son récepteur.

J'ai toujours dit qu'il s'agissait d'un phénomène énergétique
instantané entre deux "entités".

On peut alors dire en se plaçant entre un oeil et un tableau de maître
que l'oeil contemple, en parcourant cette distance avec le doigt : "il n'y
a rien là".

Quant à "l'illusion" de la vitesse de la lumière, cela ne vient pas du
phénomène (qui est instantané), mais de l'anisochronie spatiale
unviverselle.

Oh! J'ai l'impression que j'ai encore dit un gros mot.

R.H.
François Guillet (02/04/2019, 12h19)
Jo Kerr a écrit :
....
> Voici ce que l'on trouve sur le site du CNRS:
> Particule élémentaire, de masse et de charge nulle, le photon est
> l?aspect corpusculaire de la lumière.


L?aspect corpusculaire n'apparaît que dans les interactions avec la
matière.
En espace libre, un "photon" n'est qu'une onde électromagnétique dont
même l'enveloppe peut être de forme variable.
François Guillet (02/04/2019, 12h24)
Il se trouve que Richard Hachel a formulé :
....
> Qu'est ce qui me dit que la connaissance évoluant, dans cent ans, dans deux
> cents ans, dans trois cents ans,
> on ne dira pas: "C'était quand même des sacrés cranks (ou trolls) les
> scientifiques de l'époque de Nabilla,
> Bernard-Henry, et Maille-Keuldjack"?


On ne le dira pas plus qu'on ne le dit aujourd'hui de Newton ou des
physiciens du 19ème siècle. Tant que les modèles vérifient les
observations aux imprécisions de mesure près, lesquelles dépendent des
époques, on reste dans le domaine de la science.
Benoît (02/04/2019, 13h09)
Richard Hachel <r.hachel> wrote:

> Le 02/04/2019 à 09:38, Paul Aubrin a écrit :
> > Comment, sans les faire interagir avec la matière, peut-on matérialiser
> > la position des photons?

> J'ai du mal à comprendre ta question.
> D'un autre côté, je suis convaincu que le photon n'existe pas, ni en
> tant qu'onde, ni en tant que particule, entre sa source et son récepteur.


Sinon comment pourrait-il passer simultanément à travers deux fentes ? À
ce propos, que se passe-t-il si on réinstalle deux fentes derrière
chacune des premières ? Cela a-t'il été testé ?

> J'ai toujours dit qu'il s'agissait d'un phénomène énergétique
> instantané entre deux "entités".
> On peut alors dire en se plaçant entre un oeil et un tableau de maître
> que l'oeil contemple, en parcourant cette distance avec le doigt : "il n'y
> a rien là".
> Quant à "l'illusion" de la vitesse de la lumière, cela ne vient pas du
> phénomène (qui est instantané), mais de l'anisochronie spatiale
> unviverselle.
> Oh! J'ai l'impression que j'ai encore dit un gros mot.


:)
Ahmed Ouahi, Architect (02/04/2019, 13h14)
.... Quoique en matière relativiste la quantité du mouvement et l'énergie
totale d'une particule néanmoins dans le cas particulier qui en est-il celui
des photons qui en sont-ils des particules de masse nulle en déplacement à
la vitesse c où les deux photons quitte à se mouvoir en dualité
subsistent-ils avec la même énergie en ayant des quantités de mouvement de
même norme dont cette quantité en forment-elles des angles selon la
direction d'incidence du positron avec la quantité de son mouvement dont la
conservation de la quantité de mouvement totale puisse-t-on en obtenir pour
s'impliquer au sein du même plan pour en obtenir encore une certaine
projection pour le photon ainsi que pour finalement en obtenir pour le
positron et puis c'est tout ...
Cl.Massé (02/04/2019, 13h30)
""Benoît"" a écrit dans le message de groupe de discussion :
1o5epar.wido7m1erd39bN%benoit...

> Richard Hachel <r.hachel> wrote:
> > D'un autre côté, je suis convaincu que le photon n'existe pas, ni en
> > tant qu'onde, ni en tant que particule, entre sa source et son
> > récepteur.

> Sinon comment pourrait-il passer simultanément à travers deux fentes ? À
> ce propos, que se passe-t-il si on réinstalle deux fentes derrière chacune
> des premières ?


Ça fait quatre fentes?

> Cela a-t'il été testé ?


Oui, ça s'appelle un réseau.

-- ~~~~ clmasse on free F-country
Liberty, Equality, Profitability.
Richard Hachel (02/04/2019, 14h10)
Le 02/04/2019 à 12:24, François Guillet a écrit :
> Il se trouve que Richard Hachel a formulé :
> ...
> On ne le dira pas plus qu'on ne le dit aujourd'hui de Newton ou des
> physiciens du 19ème siècle. Tant que les modèles vérifient les
> observations aux imprécisions de mesure près, lesquelles dépendent des
> époques, on reste dans le domaine de la science.


Je pense que c'est beaucoup plus compliqué que ça.

Je pense qu'à notre époque, côté abstractions et conneries, on n'a
jamais fait mieux.

Et cela tous azimuths, science, art, politique.

"Et mon peuple aime qu'il en soit ainsi", je sais plus le verset, ni le
chapitre.

Quand je vois Nicolas Poussin, Amadeus Mozart, Isaac Newton, je me dis que
ces hommes-là étaient forts.

Aujourd'hui, j'ai l'impression que la connerie et la crapulerie est
généralisée.

Prenons l'exemple de la recherche pharmaceutique, est-elle faite pour
trouver des médicaments, ou plutôt
pour engraisser les laboratoires? Prenons les médias, sont-ils fait pour
divertir et informer, ou pour utiliser la propagande et pourrir de
publicités débiles et agressives? Prenons la relativité d'Einstein,
est-elle faite pour qu'on approfondisse Poincaré ou pour qu'on ne
comprenne plus jusqu'aux mots qu'on prononce? Et ainsi de suite. Je ne
parle même pas des taxes, des contraintes, des formalités qu'il faut
faire aujourd'hui pour la moindre chose, voire de la sinécure pour se
désabonner d'un simple truc.

Tout est devenu affaire de fainéants qui veulent s'engraisser de tout et
sur tout.

Avec la collaboration de tous.

Nous vivons dans une époque de grande détresse intellectuelle,
philosophique et morale, où l'on écoute du rap en mangeant des ships
sans odeur, ni saveur, en buvant de la bière plate, entre deux
publicités débiles basées sur la jalousie qu'on éprouve en voyant son
voisin rouler dans une nouvelle bagnole qu'on va devoir acheter aussi avec
des crédits toxiques.

Le pire, c'est que je ne sais même pas si on reste vraiment dans le
domaine de la science.

Depuis 30 ans, je m'aperçois que c'est d'abord un concours de bite, la
science.

On ne veut savoir que pour parler, monologuer, en imposer.

En gros pour vendre ou pour se vendre.

R.H.

Discussions similaires
Après la théorie de l'évolution voici venir la théorie de l'involution...

L'imposture relativiste:La théorie de la relativité définie par le charlatan. Einstein n'a rien compris à la théorie de Newton et ment effrontément !

Vision ancienne, vision moderne du cerveau.

REFUS DE L'ISOTROPIE : "vision" objective et vision subjective


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 22h35. | Privacy Policy