cerhu > rec.* > rec.aviation

Jacques DASSIÉ (29/01/2020, 10h51)
Salut à tous.

Vieux pilote avion, je me suis toujours demandé pourquoi les bruleurs
des montgolfières fonctionnaient par tout ou rien ?

Il existe des détendeurs propane parfaitement réglables et ajustable
qui devraient permettre d'ajuster la puissance fournie aux besoins du
moment, donc de mainenir une altitude constant.

Les techniques actuelles permettraient même d'envisager un
asservissement baromètrique du détendeur, libérant ainsi le pilote
d'une attention permanente sur le paramètre altitude.

Mais cela existe peut-être déjà ?
Jacques DASSIÉ (29/01/2020, 14h00)
Le 29/01/2020, capfree a supposé :
[..]
> action=réaction, ne correspondrait pas à ce que vous appelez ailleurs un
> pilotage avec les fesses?
> Les équipements énergétiques ont leur meilleur rendement selon une
> courbe en cloche marquée.
> L'élargissant je supputerais qu'aux plus bas régimes le flux moins
> violent soit aussi un poil moins directif, et que peut-être aux
> micro-tourbillons, il soit sujet à s'évader un peu.
> je dis ça...


"C'est pas faux..." (Perceval).
Mais je pourrais retourner tes arguments en évoquant le fait que la
libération de cette contrainte altimétrique permettrait à l'aérostier
de mieux profiter de son vol, du paysage défilant avec cette lenteur
caractéristique. Il pourrait se consacrer beaucoup plus à ses passagers
à leur renseignement et à la descrption fine des paysages et monuments
survolés etc

Il serait intéressant de connaître l'avis des concernés,c'est à dire
des aérostiers eux-mêmes. Mais je ne sais pas s'ils fréquentent ce
forum et je n'en connais pas de spécialisés.
capfree (29/01/2020, 14h23)
Le 29/01/2020 à 13:00, Jacques DASSIÉ a écrit :
> "C'est pas faux..." (Perceval).
> Mais je pourrais retourner tes arguments en évoquant le fait que la
> libération de cette contrainte altimétrique permettrait à l'aérostier
> de mieux profiter de son vol, du paysage défilant avec cette lenteur
> caractéristique. Il pourrait se consacrer beaucoup plus à ses passagers
> à leur renseignement et à la descrption fine des paysages et monuments
> survolés etc


[Humour] heu... dans les autocars de notre jeunesse le poste de
/pilotage/ était affublé d'une pancarte:
«Défense de parler au conducteur»
Non touriste, il pouvait raser les murs en toute sérénité.
bp (29/01/2020, 14h50)
Jacques DASSIÉ a pensé très fort :
> Salut à tous.
> Vieux pilote avion, je me suis toujours demandé pourquoi les bruleurs des
> montgolfières fonctionnaient par tout ou rien ?
> Il existe des détendeurs propane parfaitement réglables et ajustable qui
> devraient permettre d'ajuster la puissance fournie aux besoins du moment,
> donc de mainenir une altitude constant.
> Les techniques actuelles permettraient même d'envisager un asservissement
> baromètrique du détendeur, libérant ainsi le pilote d'une attention
> permanente sur le paramètre altitude.
> Mais cela existe peut-être déjà ?


Je ne pilote pas de mongolfière mais un paramoteur.

J'imagine que pour la mongolfière l'envoi d'air chaud se fait avant que
ne se produise le manque de portance car arrêter la descente puis
remonter doit consommer plus que d'entretenir une altitude de vol
constante qui a quand même de mini variation

Est qu'un asservissement serait capable de prendre en charge un
pilotage fin?

Differentes sondes thermiques disposées à différentes hauteurs dans le
tissus peuvent peut être donner les données au PA mais ces données
doivent être très faibles dans leurs variations. est ce suffisant pour
que ce pilote automatique réagisse en proportion du delta thermique?

Est ce que comme dit plus haut la flamme étant plus faible une partie
de la chaleur serait perdue et donc devrait être augmenté d'un certain
pourcentage et ce d'une façon continuelle?

C'est vrai que vous posez là Jacques une question dont je vais suivre
le déroulement des réponses avec attention
Stephane Legras-Decussy (29/01/2020, 22h53)
Le 29/01/2020 09:51, Jacques DASSIÉ a écrit :
> Salut à tous.
> Vieux pilote avion, je me suis toujours demandé pourquoi les bruleurs
> des montgolfières fonctionnaient par tout ou rien ?
> Il existe des détendeurs propane parfaitement réglables et ajustable qui
> devraient permettre d'ajuster la puissance fournie aux besoins du
> moment, donc de mainenir une altitude constant.
> Les techniques actuelles permettraient même d'envisager un
> asservissement baromètrique du détendeur, libérant ainsi le pilote d'une
> attention permanente sur le paramètre altitude.


je dirais que l'inertie du système balon est énorme, aussi bien
mécanique que thermique... donc un réglage fin est inutile, c'est
exactement comme un four electrique, le thermostat fonctionne en ON/OFF
et ça ondule peu.

et comme déja évoqué par d'autre, c'est un engin pour jouer, et donc si
on automatise, on ne joue plus et ça sert plus à rien.
Stephane Legras-Decussy (29/01/2020, 23h03)
Le 29/01/2020 13:50, bp a écrit :

> J'imagine que pour la mongolfière l'envoi d'air chaud se fait avant que
> ne se produise le manque de portance
> car arrêter la descente puis
> remonter doit consommer plus que d'entretenir une altitude de vol
> constante qui a quand même de mini variation


par définition un ballon est un truc qui se balade en ondulant
d'altitude... tu n'as pas d'action sur la descente à part
évacuer ton air chaud, ce qui est fort dommage.

donc par définition, ça n'a pas de sens de stabiliser en altitude un yo-yo.
Jacques DASSIÉ (30/01/2020, 10h23)
bp a couché sur son écran :
[..]
> peuvent peut être donner les données au PA mais ces données doivent être très
> faibles dans leurs variations. est ce suffisant pour que ce pilote
> automatique réagisse en proportion du delta thermique?
> Est ce que comme dit plus haut la flamme étant plus faible une partie de la
> chaleur serait perdue et donc devrait être augmenté d'un certain pourcentage
> et ce d'une façon continuelle?
> C'est vrai que vous posez là Jacques une question dont je vais suivre le
> déroulement des réponses avec attention


Je crois que les petits problèmes techniques que tu évoques n'en sont
plus aujourd'hui. On sait tout asservir et stabiliser. C'est minuscule
et ça ne coûte pas cher.

Mais un autre paramètre n'a pas encore été évoqué : le bruit.
Beaucoup considèrent que le bruit du bruleur, plein pôt, est à la
longue, presque insupportable. Une flamme modulée à une puissance
inférieure serait beaucoup moins bruyante et participerait au confort
du vol.
bp (30/01/2020, 19h54)
Stephane Legras-Decussy a pensé très fort :

> et comme déja évoqué par d'autre, c'est un engin pour jouer, et donc si on
> automatise, on ne joue plus et ça sert plus à rien.


Peut être que cette option si elle existait aurait des adeptes c'est à
dire des pilotes qui serait heureux de pouvoir faire d'autres activités
durant le vol.
capfree (30/01/2020, 20h45)
Le 30/01/2020 à 18:54, bp a écrit :
> Stephane Legras-Decussy a pensé très fort :
>> et comme déja évoqué par d'autre, c'est un engin pour jouer, et donc si on
>> automatise, on ne joue plus et ça sert plus à rien.

> Peut être que cette option si elle existait aurait des adeptes c'est à
> dire des pilotes qui serait heureux de pouvoir faire d'autres activités
> durant le vol.


Ouais, par exemple chercher à vue où le gaz est le moins cher....
Mammouth, Casino, tiens! au champ
bp (31/01/2020, 00h11)
Il se trouve que capfree a formulé :
> Le 30/01/2020 à 18:54, bp a écrit :
>> Ouais, par exemple chercher à vue où le gaz est le moins cher....

> Mammouth, Casino, tiens! au champ


me dit pas que tu es aussi con que les deux autres!

déjà être plus immergé dans la navigation avec recherche des vents afin
d'aller là où il voudrait aller

Peut être aussi de la vidéo comme certains vont de l'archéologie
aerienne en avion, la faire avec ce moyen ci.
Le ballon vu sa lenteur et son manque de vibration s'y prête bien

et bien autre chose, pour ma part je ferai bien de l'émission radio sur
des bandes basses même si c'est interdit
Jacques DASSIÉ (31/01/2020, 07h27)
bp avait soumis l'idée :
> Il se trouve que capfree a formulé :
> me dit pas que tu es aussi con que les deux autres!
> déjà être plus immergé dans la navigation avec recherche des vents afin
> d'aller là où il voudrait aller
> Peut être aussi de la vidéo comme certains vont de l'archéologie aerienne en
> avion, la faire avec ce moyen ci.
> Le ballon vu sa lenteur et son manque de vibration s'y prête bien


Hélas non, il faudrait compter uniquement sur le hasard et le vent pour
faire des découvertes...

Quand aux vibrations, il n'y en a pas, sous réserve de ne pas coller
l'objectif contre le plexi ! Les fesses sont un excellent amortisseur.

La recherche des sites archéologiques est une recherche active, où le
pilote, tenant compte d'une quantité de paramètres résultants de son
expérience, va fouiner et chercher, comme un chien de chasse.

Mais pas n'importe où !
Illustration : enregistrement GPS de l'une de mes missions :

[..]
Jacques DASSIÉ (31/01/2020, 07h40)
bp a formulé ce jeudi :
> Il se trouve que capfree a formulé :
> me dit pas que tu es aussi con que les deux autres!
> déjà être plus immergé dans la navigation avec recherche des vents afin
> d'aller là où il voudrait aller
> Peut être aussi de la vidéo comme certains vont de l'archéologie aerienne en
> avion, la faire avec ce moyen ci.
> Le ballon vu sa lenteur et son manque de vibration s'y prête bien


Hélas non, il faudrait compter uniquement sur le hasard et le vent pour
faire des découvertes...

Quand aux vibrations, il n'y en a pas, sous réserve de ne pas coller
l'objectif contre le plexi ! Les fesses sont un excellent amortisseur.

La recherche des sites archéologiques est une recherche active, où le
pilote, tenant compte d'une quantité de paramètres résultants de son
expérience, va fouiner et chercher, comme un chien de chasse.

Mais pas n'importe où !
Illustration : enregistrement GPS de l'une de mes missions :
Explications : [..]

Image : [..]
bilou (31/01/2020, 14h55)
On 29/01/2020 13:50, bp wrote:
> J'imagine que pour la mongolfière l'envoi d'air chaud se fait avant que
> ne se produise le manque de portance car  arrêter la descente puis
> remonter doit consommer plus que d'entretenir une altitude de vol
> constante qui a quand même de mini variation

Merci a Jacques de réanimer un peu ce forum.
Je pense que le pilotage perdrait tout son charme si tout est
automatique.
Ajouter de l'air chaud n'est pas pareil que réchauffer l'air existant
qui est le vrai but.
Idéalement il faudrait ajouter le moins possible d'air très chaud
en évitant de brûler l'enveloppe qui a ce qu'on m'a dit a une durée de
vie plutôt limitée.
Mais j'y connaît rien non plus du coup même si c'est moins joli
des enveloppes noires pour profiter du soleil ça serait pas mieux ?
capfree (31/01/2020, 15h53)
Le 31/01/2020 à 13:55, bilou a écrit :
> On 29/01/2020 13:50, bp wrote:
> Merci a Jacques de réanimer un peu ce forum.
> Je pense que le pilotage perdrait tout son charme si tout est
> automatique.
> Ajouter de l'air chaud n'est pas pareil que réchauffer l'air existant
> qui est le vrai but.
> Idéalement il faudrait ajouter le moins possible d'air très chaud
> en évitant de brûler l'enveloppe qui a ce qu'on m'a dit a une durée de
> vie plutôt limitée.
> Mais j'y connaît rien non plus du coup même si c'est moins joli
> des enveloppes noires pour profiter du soleil ça serait pas mieux ?

Un face noire... mais l'autre claire, car le noir rayonne plus sa
chaleur, et donc aussi un ventilateur réversible à action
circonférentielle pour maintenir le côté clair du ballon à l'opposé du
Soleil.
Et tient, une hélice pour faire ramer les aéronautes si passifs et faire
des concours de vitesse entre ballons, à quatre + barreur/liftier, étant
déjà à la manette des gaz pour monter/descendre, soit profondeur et
direction pour singer les plus lourds que l'air, c'est pas vrai? Et
sécurité oblige, en cas d'urgence permettrait d'éviter les lignes à
haute tension qui ont la manie de s'inviter dans des accidents.
.........
Otomatic (31/01/2020, 17h32)
capfree <caprifermager> écrivait :

> Et tient, une hélice pour faire ramer les aéronautes si passifs et faire
> des concours de vitesse entre ballons, à quatre + barreur/liftier, étant
> déjà à la manette des gaz pour monter/descendre, soit profondeur et
> direction pour singer les plus lourds que l'air, c'est pas vrai?

Ça a existé.
Par exemple pour le dirigeable Dupuy-de-Lôme ? dont la nacelle en osier
est au Musée de l'Air ? pour lequel la force motrice était due à
l'effort musculaire de huit marins, actionnant deux manivelles, se
relayant à quatre, toutes les demi-heures, pour entraîner une hélice
propulsive bipale. Il ne dépassait pas 8 km/h.

Discussions similaires
Question de beotien

Question de béotien sur FF etc...

Question de Beotien.

Question de béotien


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 11h54. | Privacy Policy