cerhu > sci.* > sci.zetetique

Nicolas Krebs (18/05/2020, 18h32)
Bebert écrivit dans l'article news:r9tl0a$bj4$1

> > Du coup, face a un complotiste, ou dit de façon plus neutre, a un rhéteur
> > utilisant la méthode hypercritique, la seule solution est de commencer par
> > faire pré-valider le flux, en demandant explicitement "quel serait le type
> > d'argument ou de source qui te paraitrait recevable" ?
> > S'il n'y en a pas, c'est que l'interlocuteur rend la situation
> > non-falsifiable, en interdisant implicitement toute critique qui puisse
> > valider.


> Et voilà! A bout d'argument on parle de "complotiste", pensée unique tu nous
> tueras.
> On a plus le droit de douter, ce qui est la base de tout raisonnement, en
> philo, en science, etc.
> Quand un interlocuteur emploie ce mot mon esprit me dit:" sa connerie est
> incommensurable", je ne le lui dit pas, par politesse. Mais il n'y a plus de
> conversation possible.


Envisageriez vous que, peut-être, éventuellement, vous pourriez être
dans l'erreur ?
Bebert (18/05/2020, 19h41)
"Nicolas Krebs" <nicolas1.krebs3> a écrit dans le message de
news:93o1
> Bebert écrivit dans l'article news:r9tl0a$bj4
> Envisageriez vous que, peut-être, éventuellement, vous pourriez être
> dans l'erreur ?


A qui s'adresse cette interpellation?
Au rédacteur du premier paragraphe ou à celui du second?

B.
Marc SCHAEFER (18/05/2020, 20h21)
In fr.bio.medecine Yannix <faitmoipeur> wrote:
> Tu touches combien des labos pharmaceutiques ?


C'est le seul argument qui vous reste?

Ok, je n'ai jamais touché un franc d'un labo pharmaceutique.
Nicolas Krebs (18/05/2020, 20h23)
Bebert écrivit dans l'article news:r9uhbl$1dge$1

> "Nicolas Krebs" <nicolas1.krebs3> a écrit dans le message de
> news:93o1
> A qui s'adresse cette interpellation?
> Au rédacteur du premier paragraphe ou à celui du second?


RTFM
François Guillet (25/05/2020, 09h23)
Le 17/05/2020, Bebert a supposé :
[..]
>>> serait plus pertinente.

>> Les personnes dépistées positives au covid-19 pourraient être considérées
>> comme en bonne santé? C'est une interprétation juridique audacieuse.

> Comme je le disait on peut appliquer cette qualification au médecin
> prescrivant un vaccin à une personne en bonne santé.076a34cc...
> Comme je le disait on peut appliquer cette qualification au médecin
> prescrivant un vaccin à une personne en bonne santé.


La prévention est un procédé bien plus intelligent, et efficace, que la
correction. Il faut comprendre ça avant de parler.
robby (25/05/2020, 10h52)
Le 25/05/2020 à 09:23, François Guillet a écrit :
> La prévention est un procédé bien plus intelligent, et efficace, que la
> correction. Il faut comprendre ça avant de parler.


A condition que ça fasse globalement plus de bien que de mal.
C'est par exemple pour ça qu'on a arrêté le dépistage systématique du
cancer du colon (parmis d'autres): les quelques % de faux positifs sur
la masse de population testée engendraient au final plus de dégats que
les maladies ou morts évitées.

Et encore, on parle ici de cas où la prévention conduisait a un soin
efficace des personnes dépistées positives à raison (indépendamment des
dégats sur les dépistées positifs à tord).

Dans le cas d'un traitement qui n'a aucune fait preuve de la moindre
efficacité significative in vivo, tandis qu'on a des preuves de ses
effets négatifs, ce serait le contraire de l'intelligence et de
l'efficacité d'y procéder.

Il faut comprendre ça avant de parler.
François Guillet (28/05/2020, 18h06)
robby a couché sur son écran :
> Le 25/05/2020 à 09:23, François Guillet a écrit :
>> La prévention est un procédé bien plus intelligent, et efficace, que la
>> correction. Il faut comprendre ça avant de parler.

> A condition que ça fasse globalement plus de bien que de mal.


Tu veux dire que ce ne serait pas le cas de la vaccination ? Car c'est
bien de ça qu'on parlait.

Si tu veux opposer une prévention à risque à un traitement efficace,
évidemment que le traitement est à préférer, c'est une lapalissade.
Mais une prévention sans risque ou à peu de risque est à préférer à un
traitement sans risque ou à peu de risque, il faut comparer ce qui est
comparable.

> Dans le cas d'un traitement qui n'a aucune fait preuve de la
> moindre efficacité significative in vivo,


Ce n'est pas ce que dit ni ce que montre le N°1 mondial de la question.
robby (28/05/2020, 21h38)
Le 28/05/2020 à 18:06, François Guillet a écrit :
> Ce n'est pas ce que dit ni ce que montre le N°1 mondial de la question.


cette notion n'a strictement aucune pertinence en sciences (dont médecine).
Nicolas Krebs (29/05/2020, 20h24)
Nicolas Krebs écrivit dans l'article news:r9goaf$eue$1

> Il me semble que ce fil de messages twitter de Christian Lehmann
> peut presque tenir lieu de conclusion définitive sur l'affaire Didier
> Raoult (et sa chloroquine)
> [..]
> [..]


Voir aussi [..]
[..]

Discussions similaires
Le gouvernement mange son chapeau, bravo Didier Raoult !

Didier Raoult, Agnès Buzyn et Monsieur Levy : résumé de l'affaire de la chloroquine

Interview avec Didier Raoult sur le coronavirus et le traitement

Didier Raoult cité par le Pr Rigano de Stanford Med School sur Fox news


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 04h13. | Privacy Policy